Identification


SURMONTIL 4 POUR CENT, SOLUTION BUVABLE, FLACON , LISTE I

Voie ORALE : Solution buvable en gouttes.

Classe de gestion: non renseignée, apport: ASMR non évalué

Fiches de transparence :
ANTIDEPRESSEURS le 1998-10-01

Conseils :
ANTIDEPRESSEURS ENFANT/ADOLESCENT 2004 le 2004-12-10
SUJET AGE ET PSYCHOTROPES le 2005-06-01
ANTIDEPRESSEURS ENFANT/ADOLESCENT 2006 le 2006-03-10
ANTIDEPRESSEURS Recommandations le 2006-10-01


Conditionnement inclure les retirésPrix & remb.Dispo ville?Dispo hôpital?Vendu depuisDisponibilitéDispensationCIPUCD

Spécialités au nom similaire:




Composition





Prescription


Indication : Contre-indications : Précautions :


Manipulation


Administration

ADMINISTRER PAR VOIE ORALE

Recommandations






Tolérance



FréquenceÉtiologieEffets indésirables officiellement reconnus:Connu du:Révisé le:
si surdosageclasse ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUESURDOSAGE EN CLASSE ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUE 2002-01-112008-02-05
fréquentclasse ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUETROUBLES AFFECTANT PLUSIEURS ORGANES 1992-12-082008-08-11
fréquentclasse ANTIDEP INHIB SELEC RECAPTURE 5-HTTROUBLES MENTAUX ET DU COMPORTEMENT 1992-12-082008-10-09
fréquentclasse ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUETROUBLES CARDIO-VASCULAIRES 1992-12-082008-08-11
fréquentclasse ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUETROUBLES DU SYSTEME NERVEUX 1992-12-082008-08-11
rareclasse ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUETROUBLES RENAUX ET GENITO-URINAIRES 1993-09-292008-08-11
rareexcipient GLYCEROL (NATURE NON PRECISEE)TROUBLES GASTRO-INTESTINAUX 2000-06-292008-10-21
rareclasse ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUETROUBLES DU SYSTEME NERVEUX 2002-01-112008-08-11
rareclasse ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUETROUBLES METABOLISME ET NUTRITION 1992-12-082008-08-11
rareclasse ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUETROUBLES DE LA PEAU ET DES APPENDICES 1992-12-082008-08-11
rareclasse ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUETROUBLES HEPATO-BILIAIRES 1992-12-082008-08-11
rareclasse ANTIDEPRESSEUR IMIPRAMINIQUETROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE 1992-12-092008-08-11





Situations particulières


Conduite:Ce médicament contient de l'alcool éthylique comme excipient.

- Seuil : 3 grammes par dose
La quantité d'alcool dans ce médicament peut altérer votre capacité à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Reproduction:Chez les nouveau-nés de mères traitées en fin de grossesse par un antidépresseur imipraminique, des signes d'imprégnation (notamment atropiniques) et/ou de sevrage ont parfois été décrits :
- troubles neurologiques dans la première semaine de vie (hypotonie, hyperexcitabilité, trémulations, voire exceptionnellement convulsions) ;
- troubles respiratoires (polypnée, accès de cyanose, voire exceptionnellement détresse respiratoire) ;
- troubles digestifs (difficulté de mise en route de l'alimentation, retard à l'émission du méconium et distension abdominale).
Tous ces signes apparaissent dans les premiers jours de vie et sont le plus souvent de courte durée et peu sévères.

S'il s'avère indispensable d'instaurer ou de maintenir un traitement par trimipramine au cours de la grossesse, tenir compte, pour la surveillance du nouveau-né, des effets précédemment décrits.Le maintien d'un bon équilibre psychique maternel est souhaitable tout au long de la grossesse. Si une prise en charge médicamenteuse est nécessaire pour assurer cet équilibre, elle doit être instituée ou poursuivie à dose efficace tout au long de la grossesse et si possible en monothérapie.
A ce jour, si les données sont très limitées pour la trimipramine, elles semblent exclure un risque malformatif particulier des antidépresseurs imipraminiques. Chez les nouveau-nés de mères traitées en fin de grossesse par un antidépresseur imipraminique, des signes d'imprégnation (notamment atropiniques) et/ou de sevrage ont parfois été décrits :
- troubles neurologiques dans la première semaine de vie (hypotonie, hyperexcitabilité, trémulations, voire exceptionnellement convulsions) ;
- troubles respiratoires (polypnée, accès de cyanose, voire exceptionnellement détresse respiratoire) ;
- troubles digestifs (difficulté de mise en route de l'alimentation, retard à l'émission du méconium et distension abdominale).
Tous ces signes apparaissent dans les premiers jours de vie et sont le plus souvent de courte durée et peu sévères.

Compte tenu de ces données, il est préférable d'éviter d'utiliser la trimipramine au cours de la grossesse quel qu'en soit le terme. Toutefois un traitement ne doit pas être arrêté brutalement afin d'éviter un risque de sevrage pour la mère. S'il s'avère indispensable d'instaurer ou de maintenir un traitement par trimipramine au cours de la grossesse, tenir compte, pour la surveillance du nouveau-né, des effets précédemment décrits.Le passage dans le lait maternel est mal connu mais probablement faible ; néanmoins, par mesure de précaution, l'allaitement est à éviter pendant la durée du traitement.Aucune information recensée dans le RCP.



Pharmacologie




Pharmacodynamie

ANTIDEPRESSEUR / INHIBITEUR NON SELECTIF DE LA RECAPTURE DE LA MONOAMINE

Les effets biochimiques, vraisemblablement à l'origine de l'effet thérapeutique, reposent sur une diminution du recaptage présynaptique de la noradrénaline dont la transmission synaptique est facilitée.

L'effet sédatif est en rapport avec la composante histaminergique de la molécule.

Par ailleurs, celle-ci exerce un effet anticholinergique central et périphérique, à l'origine d'effets indésirables.

Les propriétés adrénolytiques peuvent provoquer une hypotension orthostatique.

L'amélioration portant spécifiquement sur l'humeur est souvent retardée par rapport aux améliorations symptomatiques tels que le ralentissement idéomoteur, l'insomnie ou l'anxiété. Cette notion doit être prise en compte avant l'interruption d'un traitement pour raison d'inefficacité, ainsi que dans l'ajustement des doses efficaces.