Identification


PROSTIGMINE 0,5 MG/1 ML, SOLUTION INJECTABLE , LISTE I

Voie INTRAMUSCULAIRE : Solution injectable.

Classe de gestion: MYORELAX.,CURARISANTS ET ANTISPASTIQUES, apport: ASMR non évalué

Avis de la commission de transparence:
DEMANDE REINSCRIPTION SECURITE SOCIALE le 2008-05-28


Conditionnement inclure les retirésPrix & remb.Dispo ville?Dispo hôpital?Vendu depuisDisponibilitéDispensationCIPUCD
6 AMPOULE(S) BOUTEILLE(S)Ville:
3.05 € 65 %
OUI1932-01-01PHARMACIE D'OFFICINE, PHARMACIE A USAGE INTERIEUR, ETABLISSEMENT DE SANTEDISPENSATION EN OFFICINE, DISPENSATION A USAGE INTERIEUR30870369076246
60 AMPOULE(S) BOUTEILLE(S)Ville:
3.05 € 65 %
NONOUI1992-01-01PHARMACIE A USAGE INTERIEUR, ETABLISSEMENT DE SANTEDISPENSATION A USAGE INTERIEUR55332969076246

Spécialités au nom similaire:




Composition





Prescription


Indications : Contre-indications : Précautions :


Manipulation


Incompatibilité Le mélange méthylsulfate de néostigmine (0,5 mg/1 ml) et pentobarbital (500 mg/10 ml) dans une même seringue est physiquement compatible*.

Réf. : Jones RW, Stanko GL, Gross HM. Pharmaceutical compatibilities of Penthotal and Nembutal. Am J Hosp Pharm 1961 ; 18 : 700-4.

* toute dilution ou mélange décrit(e) comme visuellement ou physiquement compatible implique une confirmation par un dosage de la (ou des subtance(s) active(s) concernée(s).


Tolérance





Sécurité préclinique : Aucune mutagénicité ou clastogenicité n'a été observée avec dans une batterie d'études in vitro menées avec l'abatacept. Dans une étude de carcinogénicité chez la souris, des augmentations de l'incidence des lymphomes et des tumeurs des glandes mammaires (chez les femelles) ont été observées. L'augmentation de l'incidence des lymphomes et des tumeurs mammaires observées chez des souris traités avec l'abatacept peut avoir été associé à un contrôle moins important, respectivement du virus de la leucémie murine et du virus de la tumeur mammaire de la souris, due à une immunomodulation prolongée. Dans une étude de toxicité d'un an chez des singes cynomolgus, l'abatacept n'a été associé à aucune toxicité significative. Les effets pharmacologiques réversibles allaient de légères diminutions passagères des IgG sériques et minimes à une déplétion lymphoïde sévère des centres germinaux dans la rate et/ou dans les ganglions lymphatiques. Au cours de cette étude, aucun signe de lymphome ou de changement morphologique prénéoplasique n'a été observé malgré la présence du virus lymphocryptovirus, connu pour causer de telles lésions chez les singes immunodéprimés. L'extrapolation de ces résultats à l'utilisation clinique de ce médicament n'a pas été étudiée.

Chez les rats, l'abatacept n'a provoqué aucun effet indésirable sur la fertilité masculine ou féminine. Des études sur le développement embryo-foetale ont été menées avec l'abatacept chez les souris, les rats et les lapins à des doses 20 à 30 fois supérieures à la dose de 10 mg/kg administrée chez l'homme et aucun effet indésirable n'a été observé sur la descendance. Chez les rats et les lapins, l'exposition à l'abatacept, basée sur l'AUC, a été jusqu'à 29 supérieure à une exposition chez l'homme de 10 mg/kg. L'abatacept traverse la barrière placentaire chez les rats et les lapins. Dans une étude de développement pré-postnatale menée avec l'abatacept chez les rats, aucun effet indésirable n'a été observé chez les petits ayant reçu l'abatacept à des doses allant jusqu'à 45 mg/kg, correspondant à 3 fois une exposition de 10 mg/kg administrée chez l'homme basée sur l'AUC. À une dose de 200 mg/kg, correspondant à 11 fois une exposition humaine de 10 mg/kg basé sur l'AUC, des modifications limités de la fonction immunitaire (la réponse humorale dépendante des lymphocytes T est augmentée de 9 fois chez les petits femelles et une inflammation de la thyroïde chez une petite femelle sur 10 petits mâles et 10 petit femelles étudiés à cette dose) ont été observées.


Situations particulières


Conduite:Sans objet.
Aucune information recensée dans le RCP.

Reproduction:Il n'y a pas de données fiables de tératogénèse chez l'animal.
En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de lé néostigmine lorsqu'elle est administrée pendant la grossesse.
En conséquence, en raison de l'absence d'alternatives thérapeutiques, l'utilisation de la néostigmine ne doit être envisagée au cours de la grossesse que si nécessaire.- Il n'y a pas de données concernant le passage de la néostigmine dans le lait maternel,
- il est vraisemblable que ce passage est faible, compte tenu de sa structure (ammonium quaternaire ionisé) et par analogie avec la pyridostigmine.
Par mesure de précaution, il est préférable de suspendre l'allaitement en cas d'utilisation ponctuelle de néostigmine.
- en cas de myasthénie maternelle, l'allaitement est contre-indiqué en raison du passage dans le lait des anticorps anti-récepteurs cholinergiques.Aucune information recensée dans le RCP.



Pharmacologie


Pharmacocinétique

En administration IV, la demi-vie est d'environ une heure.
Le métabolisme est principalement hépatique (glycuronoconjugaison).
L'élimination est essentiellement rénale.

Pharmacodynamie

PARASYMPATHOMIMETIQUE ANTICHOLINESTERASIQUE

Effet inhibiteur des cholinestérases, la néostigmine prolonge et augmente les effets muscariniques et nicotiniques de l'acétylcholine.
- augmente l'intensité et le rythme des contractions des fibres musculaires lisses (action péristaltigène),
- normalise la force des contractions des muscles striés (action antimyasthénique) en favorisant la transmisssion de l'influx nerveux,
- antagonise le bloc neuromusculaire des curares non dépolarisants.